M. Thibault Cardon, lauréat du 10ème Prix Quinquennal de Numismatique par Jean-Claude THIRY, président du CEN

Thibault Cardon
Thibault Cardon

J’ai le plaisir de vous informer qu’un jury constitué des anciens lauréats, présidé par Madame le Prof. Dr. Simone Scheers (KUL), a octroyé le 10ème Prix quinquennal du Cercle d’Études Numismatiques (2009-2014) à Monsieur Thibault Cardon.
Le lauréat est un jeune chercheur français né en 1985 dans la Seine-Maritime. Il s’intéressa très tôt à l’archéologie ainsi qu’à la numismatique puisque dès sa quinzième année il s’inscrivit à la Société Normande d’Études Numismatiques et participa à son premier chantier de fouille.

Il publia alors quelques petits articles relatifs aux monnaies romaines découvertes sur le site de la Place Carnot de Lillebonne, sa commune natale.

À partir de 2001 et ce pendant de nombreuses années, il travailla sous la direction de l’archéologue Marie-Cécile Truc (Inrap-Craham) avec laquelle il allait découvrir et s’initier à l’archéologie médiévale. Il se vit ensuite confier l’étude des monnaies du site de Saint-Thomas d’Aizier (Eure) sous la conduite de Jacqueline Pilet-Lemière, archéologue médiéviste alors rattachée au laboratoire de numismatique du Craham (Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales – Caen) et du numismate danois Jens-Christian Moesgaard (Cabinet des Médailles, Copenhague).

Il poursuivit ses études à la faculté d’Histoire à Rouen puis décrocha son master d’Archéologie et Histoire des Arts à l’École Pratique des Haute Études sous la conduite de Marc Bompaire en 2010.
Il soutint d’ailleurs son master sur les monnaies isolées et le dépôt monétaire découvert à Aizier.
Il mit à profit cette période pour se familiariser avec les monnaies médiévales en contexte archéologique et plusieurs études lui furent confiées comme le trésor de Saint-Fraimbault-sur-Pisse, le premier trésor Viking trouvé en Normandie (The First Recorded Viking Hoard in Normandy), etc.

En septembre 2011, il est devenu doctorant contractuel au GAM (Groupe d’Archéologie Médiévale) et du CRH (Centre de Recherches Historiques) à l’Ehess, sous la direction conjointe de Mathieu Arnoux et de Marc Bompaire.
Depuis il continue l’étude et la publication de monnaies médiévales et modernes issues de contextes archéologiques, principalement pour la moitié nord de la France et ce notamment pour l’Institut national de recherches archéolo-giques préventives (Inrap). Dans ce contexte, il passe du chantier de fouille du camp napoléonien de la Porte Guillaume à Chartres aux monnaies, jetons et méreaux de la forteresse de Pont-de-l’Arche en Seine-Maritime.
C’est dire si son éventail de recherches numismatiques est large.

Il collabora également avec d’autres institutions comme le Service Municipal d’Archéologie de Chartres.
Les activités de notre lauréat ne se limitent pas à des recherches de terrain et à leurs publications puisqu’il est le rédacteur de la rubrique « Archéologie et Numismatique » pour le portail informatique Ménestrel (Urfist), rattaché au PAS de l’Inrap « Archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Age en Champagne-Ardenne ».

Il fit partie de la coorganisation début 2015 d’une journée d’étude à l’EPHE sur la circulation des monnaies romaines de bronze durant le premier Moyen Age.

Il a travaillé également sur les monnaies satiriques du XIXème siècle auxquelles, bien que sortant quelque peu du cadre central de ses recherches, il apporte une vision inhabituelle puisque ces objets sont confrontés aux documents d’archives. Ce fut d’ailleurs le thème choisi par le lauréat lors de la séance académique de remise du prix à la Bibliothèque royale de Belgique, le 25 avril de cette année. Ces recherches sur les monnaies satiriques feront l’objet de plusieurs articles dans le BCEN ; le premier de ces textes apparaît ci-après.
Sa thèse de doctorat en cours, tente une approche différente des monnaies de fouille, en abordant les usages des monnaies médiévales et en les examinant dans une approche plus anthropologique que strictement économique.

Enfin last but not least, Thibault Cardon est membre du Bureau éditorial du JAN depuis 2010 et collabore régulièrement à la mise en route des études composant notre revue annuelle dont le cinquième volume est déjà en préparation.

Le 10ème Prix quinquennal est ainsi entre de bonnes mains et nous avons profité de cette dernière manifestation pour en modifier quelque peu les conditions de sélection.
Le Prix quinquennal fut instauré en 1969 ; il était destiné à récompenser un chercheur ayant contribué dans un cadre scientifique au développement de la numismatique. Il était prévu que la récompense, matérialisée à l’époque par l’octroi d’une somme de 40.000 FB (soit environ 1000 €), serait alternativement attribuée à un chercheur belge et à un chercheur étranger.

Le Professeur Paul Naster de Louvain en fut le premier bénéficiaire, suivi systématiquement de cinq ans en cinq ans par les Prof. Philip Grierson, Simone Scheers, le Dr. Pierre Bastien, Jean-Marc Doyen, les Prof. Anna Balaguer, Edmond Dekesel, Lucia Travaini, et le lauréat désigné en 2009, Luc Smolderen.

Depuis lors, la principale modification a été portée sur l’âge du bénéficiaire afin que ce ne soit plus une récompense de fin de carrière pour service rendu à la numismatique mais plutôt comme un encouragement à son développement et à son essor. L’âge a donc été ramené à 35 ans maximum sans tenir compte d’une éventuelle alternance de nationalités.

Remise du Prix Quinquennal de Numismatique à la Bibliothèque royale de Belgique, le 25 avril 2015.

De gauche à droite :
Christian Lauwers, Thibault Cardon, Jean-Marc Doyen et Jean-Claude Thiry.

Photo Luc Severs

Bibliographie de M. Thibault Cardon1

Production et circulation des monnaies noires

  • Trois bourses perdues du début du XVe siècle, Cahiers Numismatiques, n° 177, septembre 2008, p. 55-57.
  • Trois bourses perdues dans l’Yonne (1380-1550) et une imitation inédite du gros à l’étoile pour le Duché de Bourgogne, Cahiers Numismatiques, n° 185, septembre 2010, p. 29-32.
  • La diffusion du petit numéraire namurois en France, milieu du XIVe-début du XVe siècle, dans J. TOUSSAINT (dir.), Trésors numismatiques du Cabinet François Cajot à Namur, p. 179-193, 2012.
  • Les petites monnaies étrangères en Normandie aux XIVe-XVe siècles : provenances, modalités d’introduction et circulation, in P.-M. GUIHARD & J. CHAMEROY (dir.), La Normandie dans l’Europe du Nord-Ouest. Circulation monétaire et réseaux d’échange de la fin de l’Indépendance gauloise à la fin du Moyen Âge, Craham, Caen, 2012, p. 207-228.
  • Deux monnaies noires inédites du XIVe siècle : Born et Stein, BCEN 51/1, 2014, p. 232-234.

Études de monnaies de fouilles

  • Un ensemble de cinq monnaies trouvées à Sézanne (Marne) : perte quotidienne, partie de thésaurisation ou bourse perdue ?, dans M.-C. TRUC (resp.), Sézanne « L’Ormelot » zone médiévale, Dfs, INRAP, 2008, 2 vol., vol 1, p. 48-49.
  • Étude numismatique, dans A. LOUIS (resp.), Un quartier artisanal médiéval et moderne : la fouille du « Campus universitaire de centre-ville » et de la « Résidence de l’Isle » à Troyes (Aube), Dfs, INRAP, 2009, 3 vol., vol. 1, p. 301-328, vol. 2, pl. 89-91, vol. 3, Inventaire des monnaies.
  • *Les monnaies médiévales et modernes de la chapelle Saint-Thomas d’Aizier (Eure) : Méthodes et résultats d’une approche archéologique, Mémoire de master d’archéologie sous la direction de Marc Bompaire, EPHE (Paris), juin 2010, 2 vol.
  • *Château de Falaise (Calvados), les monnaies du bastion nord-ouest, dans G. CARRE & R. BROWN (resp.), Château de Falaise, Bastion Nord-Est, Dfs, Oxford Archaeology, 2011, 4 vol., vol. 3, p. 372-385.
  • *Les monnaies médiévales et modernes des « Bons-Villers » à Liberchies (Pont-à-Celles, Hainaut) : étude quantitative et contextuelle, en coll. avec J.-M. Doyen, Monnaies de sites et trésors de l’antiquité aux temps modernes, Bruxelles, 2012 (Dossier du CEN, 3), p. 16-41.
  • *Les occupations protohistoriques, gallo-romaines et médiévales à Dampierre-sur-Moivre, Le Grand Mont de Noix et Francheville, Bouverot (Marne) d’après les monnaies de la collection A. Folliet, en coll. avec V. DROST, PH. CHARNOTET, M. CHOSSENOT, J.-M. DOYEN, M. ESTIENNE & A. FOLLIET, dans J.-M. DOYEN & J. MOENS (éd.), Monnaies de sites et trésors de l’antiquité aux temps modernes, Bruxelles, 2012 (Dossier du CEN, 3), p. 75-108.
  • Habitat rural du haut-Moyen Age en Champagne-Ardenne, approche numismatique, dans M.-C TRUC & A. REMY (resp.), Archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Âge en Champagne-Ardenne (fin Ve-XIIe siècle), Projet d’action scientifique, rapport d’activité 2013, INRAP Grand Est-Nord, 2 vol., vol. 1, p. 64-97.
  • Étude des monnaies médiévales et modernes du prieuré Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle (Eure), dans D. JOUNEAU (resp.), Romilly-sur-Andelle (Eure), le prieuré Saint-Crespin, Dfs, INRAP, à paraître.
  • Étude numismatique, en collaboration avec J.-CHR. MOESGAARD, dans C. MARCIGNY & S. MAZET (resp.), Alizay (27) – Le Postel, Dfs, INRAP, à paraître.
  • Les sous des soldats de Napoléon au camp de Boulogne (1803-1805). Étude des monnaies issues des fouilles des camps napoléoniens d’Étaples-sur-Mer et Camiers (Pas-de-Calais, France), en colla-boration avec Fr. LEMAIRE, Journal of Archaeological Numismatics 4, à paraître en 2015.

Vous devriez aussi aimer...

BCEN online

Sponsors

Archives